Publié le

Le pesto genovese, un parfum d’été !

Le pesto genovese, le plus authentique parfum de l’été !

Cette sauce ligure est issue de la rencontre du basilic gênois AOP, des fromages Pecorino et Gran Padano, de pignons, d’ail et d’huile d’olive extra vierge.

Préparé selon l’antique tradition gênoise qui lui donne une texture granuleuse et une couleur verte brillante, le pesto Burnia ne comporte aucun additif chimique.
Il n’est ni pasteurisé, ni stérilisé.

Il existe en plusieurs formats : 90gr, 130gr, 180gr, 500gr

 

Publié le

Mozzarelle de buffle, burrata

Traditionnellement originaire de Campanie, ce fromage à pâte filée AOP peut être également produit dans le sud de Rome, les Pouilles et le Molise à partir du lait de bufflonnes élevées en semi liberté.

La mozzarelle est la reine des assiettes estivales, à déguster seule avec quelques grains de poivres ou accompagnées de tomates, d’huile d’olive et de quelques brins de roquette.

Onctueuse et liante, elle peut être cuisinée, en garniture sur la pizza ou dans des lasagnes, gratins …

La burrata, sa petite soeur très en vogue en France, est née dans les Pouilles.
Il s’agit d’une boule de mozzarelle de buffle garnie de crème. Elle est donc encore plus coulante… et succulente !

Elle est proposée nature en boule de 100 gr ou 300 gr
ou aromatisée à la truffe ou à la ciboulette en boule de 100gr.

Publié le

L’orange en marmelade

Introduite en Sicile lors des invasions arabes au IXe siècle, l’orange a profité du climat chaud, sec et ventilé de l’île pour s’y implanter et en faire sa réputation.
Sanguine, douce ou amère, elle est consommée comme fruit, mais aussi utilisée dans sa totalité en pâtisserie.
La marmelade d’oranges en est un des nombreux exemples.

Publié le

La réglisse

Plante originaire de la Méditerranée, la réglisse pousse de manière spontanée le long des côtes calabraises grâce au climat et à la nature du sol. Sa bonne qualité et son authenticité ont permis sa commercialisation depuis le 18e siècle dans le monde entier.

Utilisée principalement dans l’industrie agroalimentaire, elle est également connue pour ses vertus bienfaisantes : excellente pour le système respiratoire, elle favorise l’activité digestive.

 

En bâton, en cachou, en liqueur, elle est également délicieuse à consommer sous forme de confiture sur du fromage blanc, de la glace ou une panna cotta !

Publié le

L’espadon, roi des mers

Poisson roi, parmi les plus rapides des mers, l’espadon est pêché dans le détroit de Messine depuis l’Antiquité grâce aux techniques et rituels qui perdurent depuis deux millénaires. Plusieurs textes antiques relatent cette pêche, parmi lesquels celui l’historien grec Polybe :

« Dans des barques à deux rames, dit Polybe, il y a deux hommes, dont l’un conduit la nacelle et l’autre se tient sur la proue, armé d’une lance. Ces différentes barques ont une vedette commune, placée sur un lieu élevé qui indique l’approche de l’espadon; Car ce poisson porte le tiers de son corps au-dessus de l’eau. Lorsqu’il approche de l’esquif, le harponneur le perce de sa lance, dont la tête est barbelée et fixée si légèrement dans le bois, qu’elle l’abandonne très aisément quand le landier retire à lui le manche. Au fer de la lance est attachée une longue corde qu’on file au poisson blessé, jusqu’à ce qu’en se débattant ter en voulant s’échapper, il ait perdu ses forces. Alors ils le halent vers la terre ou le prennent dans leur barque, à moins qu’il ne soit trop gros. Lorsque le manche de la lance tombe dans la mer, il n’est pas perdu pour cela, car il est formé de chêne et de sapin, de manière à ce que le chêne s’enfonçant par son poids, et le sapin par sa légèreté restant debout, le pêcheur peut le reprendre aisément. Il arrive aussi quelquefois que le rameur se trouve blessé, l’espadon étant armé d’une épée et étant d’une fureur et d’une impétuosité semblable à celle du sanglier. On peut donc, dit Polybe, conclure de là qu’Ulysse et Homère avaient navigué autour de la Sicile, puisqu’ils attribuent à Scylla une pêche qui est exclusivement appropriée aux environs de ce promontoire. »

 

Vous pouvez consommer l’espadon sous forme de pâté sur un toast ou pour accompagner une salade de poulpes ou de calamars… C’est un met très délicat et parfumé qui s’accommode parfaitement pour un apéritif ou une entrée.
En pesto au citron sur des pâtes, il vous emporte au large des mers de Sicile !

 

 

Publié le

Le cédrat, fruit sacré

Arbre biblique, fruit sacré pour les Hébreux, le cédrat est cultivé dans le nord de la Calabre, dans la « vallée des cédrats ». Entre août et septembre, les premiers fruits sont sélectionnés par les rabbins pour la fête de Souccot.
La seconde récolte, fin octobre, est utilisée pour l’industrie pharmaceutique et cosmétique, surtout pour l’industrie alimentaire.

 

L’écorce est utilisée pour obtenir des fruits confits. Le reste du fruit est majoritairement employé pour la pâtisserie sous forme des gâteaux, mais aussi en liqueur ou pour parfumer des huiles d’olive.

Publié le

L’oignon rouge de Tropea

Seul oignon pouvant revendiquer à plus de 2000 ans d’histoire, l’oignon rouge de Tropea est réputé pour sa douceur que lui confèrent des sols sableux et un micro climat unique.
Bénéficiant d’un label européen « Indication Géographique Protégée », il peut être consommé cru ou cuit.

La confiture d’oignons rouges de Tropea peut servir à agrémenter des terrines ou autres pâtés.
Gratinée avec du poivron, de la courgette et du fromage fumé, on obtient un savoureux mélange raffiné !

 

Publié le

L’Nduja

Spécialité calabraise par excellence, l’Nduja est un saucisson piquant à tartiner à base de parties nobles de viande porc et de piment.
Historiquement produite dans le village de Spilinga, on la trouve dans toute la Calabre.

 

Traditionnellement, elle est ensachée dans un boyau naturel, mais on la trouve aussi en bocal.